En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Vous êtes ici :   Accueil » L’argent des contribuables au service de l’autocratie du maire Gilles GASCON
 
 
 

Bienvenue sur le site de Thémis Est-Lyonnais - Ville de Saint Priest

Nous avons créé l’association THEMIS Est-Lyonnais au lendemain des élections municipales 2014. Notre objectif est d’offrir aux San Priods la possibilité d’accéder aux informations qui impactent leur quotidien à court, moyen et long terme. Présents à chaque conseil municipal, mais aussi sur le terrain, notre mission consiste, d’une part à analyser et évaluer les projets et les promesses électorales et ...

Pour lire la suite, cliquez ici. 

L’argent des contribuables au service de l’autocratie du maire Gilles GASCON

L’argent des contribuables au service

de l’autocratie du maire Gilles GASCON (LR)

  

Comme vous l’avez peut-être déjà lu dans la presse locale ou dans Couleurs, une troisième patinoire, après Charlemagne (Lyon 2e) et Baraban (Lyon 3e) devrait voir le jour sur Saint-Priest dans le quartier « de Bel Air » et se situerait entre la piscine Pierre Mendes-France, le club de tennis et le parking du terminus du Tram T2, avec comme partenaire la holding LHC-Group (équipe de hockey sur glace des Lions). Ce complexe occuperait l’espace de de 5 100 m² appartenant à la Ville.

  

Terrain_Patinoire.JPG

  

A l’origine, ce dossier a été soumis à plusieurs communes, mais celles-ci n’ont pas donné suite. En effet, cette patinoire devait être implantée sur le pôle de loisirs d’OL City à Décines mais le projet a dû être abandonné l’été dernier faute de financements suffisants, de rentabilité par rapport aux coûts envisagés et aux impératifs techniques (patinoire en étage).

Fin juillet 2018, le couperet tombait : pas assez rentable, trop énergivore, le projet de 4 000 m² estimé alors à 4,7 M€ était abandonné. Entrepreneur à succès que l’on connaît, Jean-Michel Aulas ne voulait pas prendre le risque.

Selon la presse Le Progrès, il ne sera pas question d’organiser les matches des Lions à Saint-Priest, ni d’entraînements de l’équipe pro, qui restera à Charlemagne, mais plutôt de développer des activités ludiques et un centre de formation pour le LHC. Dans ce cas quelle est la plus-value de ce projet pour les San-Priods car il s’agit bien de mettre à disposition un bien communal à une entité privée ?

Si ce projet correspondait réellement à un besoin de la population San-Priote et relevait d’une priorité absolue car confirmée par une étude de marché, comment se fait-il que les San-Priods n’aient pas été associés à la réflexion, à l’étude et aux propositions ? A ce jour il n’existe aucune étude de marché qui démontre la nécessité de réaliser un tel ouvrage. Pourquoi Gilles GASCON continue d’œuvrer pour l’intérêt du plus petit nombre au détriment et au mépris de l’ensemble des citoyens, des contribuables ? Cela pourrait s’apparenter à un gros coup de communication à moins d’un an des prochaines élections municipales !

Comme pour tout bon projet qui se respecte, une étude approfondie et une analyse des besoins doivent être menées en amont pour garantir sa faisabilité et sa viabilité. Dans ce cas, pourquoi la ville ne publie-t-elle pas sur son site les documents de l’étude qui jusqu’à preuve du contraire sont publics car ils sont financés avec nos impôts ?

La délibération de ce projet a été soumise au cours du conseil municipal de Mars 2019. Elle a eu pour effet de faire sortir les oppositions de leurs gonds. En effet, les élus ont été mis devant le fait accompli ; aucun des élus de l’opposition ni même les citoyens, ni les contribuables n’ont été consultés de quelque façon que ce soit pour émettre un avis. Les représentants des partis de l’opposition n’ont pas apprécié une fois de plus la manière dont Gilles GASCON a opéré avec ce passage en force. Dans ce cas quid de la démocratie ?

Dans le passé, la ville avait signé avec le Sytral une convention de mise à disposition de cette parcelle de 5 100 m² jouxtant le parc relais du T2, pour lui permettre d’agrandir ce parking en cas de forte fréquentation. Les jours de tournois et de matchs, le parking est rapidement saturé et les visiteurs se garent comme ils le peuvent. La municipalité est passée outre ce constat car elle souhaite récupérer ce tènement non occupé afin qu’il constitue l’assiette de son projet de patinoire.

Oui, mais voilà ! Les oppositions ne l’ont pas entendu de cette oreille… Daniel Goux (PS) a planté le décor en parlant de « débat faussé. Vous commencez par l’envers, le foncier avant le projet. Vous nous demandez de voter un dossier que l’on ne connaît pas. C’est un déni de démocratie. » Se disant « consternée par le manque d’informations », Véronique Moreira (EELV) a évoqué « un mépris du débat démocratique. On est devant le fait accompli. Une patinoire est un bâtiment important dont on ne sait quel impact il aura sur l’environnement. Cette délibération pose des problèmes démocratique, éthique et écologique. »

Et Willy Plazzi (PCF) a enfoncé le clou : « C’est un peu « opposition, circulez, y’a rien à voir ! » Nous ne sommes pas au courant de votre projet ! Il eut été normal d’engager une concertation publique avec les habitants pour décider de la destination du terrain. Nous ne pouvons cautionner cette mascarade ! Je n’ai jamais vu ça en 30 ans de présence dans ce conseil. »

La délibération a été votée à la majorité moins les huit abstentions des groupes de gauche et écologiste. Cette décision unilatérale condamne définitivement le club de tennis qui cherche désespérément à s’agrandir depuis des années. De plus celui-ci a également été mis devant le fait accompli. Au vu des arrangements que Gilles GASCON avait pris durant sa campagne auprès de certains clubs sportifs, nous pouvons supposer qu’il va récidiver cette fois-ci encore, avec le club de tennis, une façon subtile de faire taire la déception, le mécontentement des dirigeants de ce club et d’acheter « la paix sociale » et donc les électeurs.

Pour le maire (LR) Gilles Gascon, « cette patinoire sera un vrai bonheur ! Quant aux reproches des oppositions sur le « manque de démocratie », l’édile se gausse : En 2008, vous avez construit des ZAC sans concertation… C’est facile de donner des leçons ! ». Vous n’êtes pas sans savoir que Gilles GASCON et son groupe politique (entre 2008 et 2014) n’ont jamais voté contre la construction de la ZAC. Gilles GASCON et son groupe politique ont été consultés et concertés à ce sujet, sans compter qu’ils avaient accès à toutes les pièces du projet. Toutes les délibérations sont téléchargeables sur le site de la ville.

  

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  

Nous pouvons citer quelques exemples illustrant la façon dont Gilles GASCON prend des décisions sur des sujets qui concernent l’ensemble des San-Priods.

Il y a quelques années de cela, Monsieur POZZI, citoyen et contribuable San-Priod, a fait une demande de travaux auprès de la municipalité socialiste pour réaliser un mur, une entrée accédant à sa propriété ainsi que la pose d’un portail. Après étude de son dossier, la municipalité lui a délivré toutes les autorisations nécessaires pour exécuter les travaux dans la légalité.

  

icone_pdf_square.jpg Documents fournis par M. POZZI André Icone_Telecharger_White.jpg

IMG_3368.JPG

  

IMG_3366.JPG

  

Dernièrement, les riverains de La Fouillouse dont M. POZZI, ont fait part de la dangerosité de la route de Toussieu auprès de la municipalité actuelle conduite par Gilles GASCON. Il a été constaté un trafic routier important (poids lourds et véhicules légers) et des vitesses excessives engendrant régulièrement des accidents de la circulation plus ou moins graves . A plusieurs reprises, les riverains et M. POZZI ont proposé des solutions pour réduire la vitesse et sécuriser le périmètre. La municipalité a fait fi de ces propositions. Elle a préféré travailler seule sur un projet visant à implanter un îlot et un "Cédez la Passage". Cette solution a eu pour effet d’annuler une priorité à droite qui régulait le trafic et donc de permettre aux automobilistes d’aller encore plus vite et de provoquer des accidents encore plus violents. La municipalité ne s’en est pas arrêtée là car elle a décidé arbitrairement d’implanter des quilles devant le portail de M. POZZI l’empêchant ainsi d’accéder en voiture à sa propriété. C’est une façon pour Gilles GASCON de remercier celles et ceux qui l’ont soutenu durant sa campagne électorale en 2014. M. POZZI a sollicité à plusieurs reprises la métropole et les services de la ville. Selon M. POZZI, la métropole lyonnaise est intervenue sur la base des éléments fournis par le maire de Saint Priest. Il lui aura fallu insister plusieurs semaines pour que la responsable du service et l’élu à l’urbanisme, M. Frédéric JEAN se rendent sur place pour constater l’absurdité avec laquelle a été conduite ce chantier.  Suite à ce constat et à la détermination de M. POZZI, la ville de Saint Priest n’a eu d’autre choix que de faire enlever les quilles qui empêchaient l’accès à sa propriété. Mais le problème du trafic routier conjugué aux vitesses excessives reste entier.

Contre la vitesse, le collectif des habitants du quartier La Fouillouse ont proposé de faire poser des ralentisseurs sur la route, ceci s’est soldé par la présence de radars pédagogiques.

  

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  

Voici encore un bel exemple qui illustre la façon dont notre argent, nous contribuables, est utilisé lorsque nous sommes amenés à subir les décisions de Gilles GASCON.

Tout récemment, des employés municipaux ainsi que des colistiers de Gilles GASCON nous ont appris que le maire avait décidé de façon arbitraire, de déplacer l’espace musique de la médiathèque au conservatoire de musique. Selon nos sources, le maire est persuadé que la labellisation du conservatoire tient au transfert de ce service. Une école de musique quelle qu’elle soit a besoin, pour exister, d’élèves, de professeurs d’instruments et de partitions. En quoi disposer d’un espace supplémentaire équipé de CD et autres supports pourrait s’avérer utile à l’apprentissage de la musique ? L'espace musique de la médiathèque est un service qui s’adresse à tous les San Priods et pas uniquement aux personnes intéressées par la pratique d'un instrument de la musique ou du chant (ou inscrites au conservatoire).

  

Mediatheque_SP.jpg

  

Déjà en début de mandat, Gilles GASCON souhaitait transformer la médiathèque en centre commercial.  Quand il a été mis face à ses détracteurs, il a soutenu le contraire. Aujourd’hui, nous observons une entité privée - Decitre - installée dans la médiathèque. Quelle sera la prochaine étape ?

Il est bien entendu qu’une librairie est toujours un plus sur une commune. Nous ne remettons absolument pas en cause l’implantation de cette librairie sur la commune mais uniquement le lieu où elle se situe. En effet, elle bénéficie d’une partie des locaux de la médiathèque (service public) à des prix défiants toute concurrence...

  

  

  


Date de création : 21/04/2019 21:40
Catégorie : -